Le Premier ministre vient de me confier une mission sur l’avenir de la zone euro

Dans le contexte de crise des dettes souveraines, j’ai accepté la mission que le premier Ministre vient de me confier sur l’avenir de la zone euro. Il s’agit « en lien avec les principaux partenaires de la France y compris en dehors de cette zone, d’étudier les moyens de renforcer la gouvernance de la zone euro et d’assurer sa stabilité à long terme ». Nommé parlementaire en mission auprès du ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, je pourrai prendre appui sur ses services, sur ceux du ministère des affaires étrangères et européennes ainsi que sur le secrétariat général des affaires européennes. Dès les prochains jours, je vais m’organiser pour tenter de répondre à ce défi, me souvenant de la part que j’ai prise, dans le gouvernement d’Alain Juppé, dans l’élaboration du pacte de stabilité et de croissance en vue de permettre l’institution de la monnaie unique et dans les efforts budgétaires nécessaires, entre 1995 et 1997, pour qualifier la France dans le premier cercle de la zone euro.

C’est à l’occasion d’un entretien avec François Fillon, il y a deux semaines, que le principe de cette mission a été arrêté. Contrairement à ce que j’ai pu lire ici ou là, dans des chroniques soupçonneuses, cet engagement n’est pas de nature à entacher mon indépendance politique. Je n’ai pas d’autre ambition que d’aider mon pays et l’Europe à sortir de la crise. Il n’y a aucune incompatibilité entre cette mission et mon rapprochement confirmé avec François Bayrou en vue de préparer les échéances électorales de 2012.

Jean Arthuis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *